« Alter Ego (7) | Page d'accueil | Alter Ego (8) »

05 mars 2007

De l'ondinisme

Lorsque j'ai lu son annonce sur le forum Aventures d'auFeminin, je n'aurais jamais cru rencontrer Céline. Elle cherchait deux inconnus pour une première expérience de trio, en insistant sur le côté strictement sexuel de sa quête, à l'exclusion de tous sentiments. J'y ai répondu par une boutade sous le pseudonyme de lucky-luke: "desperados du sexe prêt à toutes les chevauchées sauvages, dégainera son six coups plus vite que son ombre, mais ne le déchargera pas sans avoir bien ajusté sa cible". Je ne m'attendais qu'au petit délire habituel entre habitués des plaisanteries en rase-mottes. Au lieu de cela, la belle a répondu avec un ton aussi badin que déterminé. Après quelques échanges, j'ai compris qu'elle était sérieuse, sans pour autant manquer d'humour, et j'ai contacté Yann avec lequel je n'avais eu que quelques échanges virtuels.

Jeune trentenaire, journaliste, récemment divorcé, il était en pleine tourmente sexuelle et existentielle. Adepte de tantrisme et de rencontres éphémères, il semblait jouir auprès des femmes d'un certain succès et j'avais flairé en lui le partenaire de débauche idéal. Je l'ai immédiatement branché sur l'annonce de Céline. Il a aussitôt mis en branle tout son arsenal de séduction. Le lendemain, l'animal avait les photos de la belle en lingerie fine, ainsi que son numéro de portable. Pour éviter toute fausse note, Yann et moi avions convenu d'une rencontre préalable. Dès que je le vis arriver dans le café où nous nous étions donnés rendez-vous, je sus que c'était lui. Casque à la main, pantalon de cuir et gueule d'amour, il m'avoua aussitôt que notre rencontre le soulageait puisqu'il craignait de tomber sur le gros vicelard rompu à toutes les dépravations. Il s'avéra qu'avec un seul trio féminin à son actif, ce bourreau des cœurs avait alors bien plus d'expérience que moi ! Réciproquement rassurés sur notre hétérosexualité commune, nous organisâmes un rendez-vous avec la belle dès la semaine suivante, dans un café parisien. Si le feeling était toujours au rendez-vous, nous passerions toute la journée ensemble dans un charmant hôtel voisin. Au programme: sexe, champagne et petits fours.

Le jour J, Yann avait un bouquet de roses à la main. Il embrassa Céline langoureusement. Le séducteur patenté avait visiblement poussé son art bien plus loin que je ne l'avais imaginé. C'est ainsi que je connus Céline, une charmante mère de famille en pleine crise de la trentaine. Elle était encore mariée à cette époque, au sein d'un couple qui battait de l'aile sous l'alibi de la liberté. Elle qui avait proclamé le désir d'une sexualité sans sentiments amoureux - et pour cause -, elle semblait ravie de l'effusion de tendresse que lui prodiguait Yann. Moi, je ne lui fis que les 4 bises parisiennes d'usage entre bons amis. Le ton était donné: je serai le troisième. Yann et moi étions au goût de Céline, elle se sentait bien avec nous. Le mari de Céline appela son épouse pour s'assurer que tout se passait bien. Elle le rassura brièvement. L'intrusion du mari me donna envie de tout arrêter, par pitié pour lui. Enfin, ce fut un sentiment fugitif: Céline m'excitait déjà. Nous ne nous éternisâmes pas dans le café.

Dès que nous arrivâmes dans la chambre, Céline embrassa à nouveau Yann. Je me mis derrière elle pour la caresser, elle m'embrassa à mon tour sans perdre le contact avec Yann, et nous nous déshabillâmes mutuellement. Petite rousse aux cheveux courts et au corps agréable, Céline se révéla être d'une sensualité affolante. De caresses en tête à queue, elle ne tarda pas à se retrouver à quatre pattes sur le lit, Yann derrière, moi devant. Il lui introduisit doucement son imposante membrure dans la chatte pendant qu'elle engouffrait mon phallus avec gourmandise. Yann la besognait lentement, tout en maîtrise et techniques respiratoires, et Céline me répercutait les coups de reins qu'elle recevait avec un plaisir communicatif. Je dois avouer que ce fut probablement une des meilleures fellations qu'on ne m'ait jamais faites. Sa technique était si affûtée, sa gorge si profonde, que je me tortillais en tous sens en gémissant, tant et si bien que je ne tardai pas à lâcher ma semence dans sa bouche avec un râle extatique. "C'est si bon que ça ?", me demanda Yann en me lançant une poignée de main virile. "T'imagines pas!", répondis-je en tapant dans sa main comme deux complices du neuf-trois pendant que Céline pompait mes dernières gouttes de jus, visiblement ravie de nos commentaires élogieux. Un peu plus tard, il ressentit à son tour la raison de mon émoi. Je garde de ce moment de fraternité masculine autour de la femme aimée un souvenir impérissable.

Pour une femme gourmande et sensuelle, le trio masculin offre toujours au moins un phallus fonctionnel, ce qui lui permet de surfer entre des plaisirs variés. Lorsque les deux hommes sont vaillants, on peut alors aborder le grand classique auquel elle rêvait de goutter. J'étais allongé sur le dos lorsqu'elle se mit à califourchon sur mon ventre pour s'empaler sur ma verge dressée. Loin du galop frénétique, nous entamâmes un petit trot qui la faisait frétiller du cul, appel insistant aux ardeurs attendues. Imaginatif, Yann la dilata au vibro. Ce fut pour moi une nouvelle expérience inoubliable: Ressentir les vibrations du gode sur mon sexe au travers de la chair féminine dilatée, mariait les sensations de la pénétration et celles jusqu'alors inconnues de la vibration, sans parler de la troublante excitation cérébrale de savoir Céline prise de toute part, ni de celle non moins troublante d'être indirectement branlé par un homme... Paradoxalement, lorsque Yann la sodomisa, le plaisir fût pour moi moins vif. A part le fait d'être complètement écrasé, je ne le sentit pas directement s'introduire en elle, mais je sus aux râles de Céline qu'il la prenait par derrière, jusqu'à l'orgasme déchirant qui ne tarda pas à la submerger.

Je ne me souviens plus de tous nos assauts, de toutes nos jouissances, mais je garde le souvenir, malgré le but avoué et atteint d'une sexualité débridée, du béguin naissant de Céline pour Yann. Lovée dans les bras de Yann, lui et moi caressions de concert le dos de Céline, de la nuque à la croupe.

- Ferme les yeux! lui dis-je, et dis-nous si tu reconnais nos mains ?
- C'est évident, répondit-elle. Il y en a un qui me caresse avec amour !

medium_Champagne.jpgYann m'adressa un rictus craintif, aussi expressif que s'il m'avait dit à haute voix "Aie! Aie! Aie! Où est-ce que je me suis embarqué". Peut-être le fit-il dans le seul but d'atténuer la violence de la remarque de Céline à mon égard. C'est pourtant moi qu'elle  choisit de chevaucher une dernière fois. C'était la fin de l'après midi, le soleil se couchait, Yann se douchait, Céline me touchait, je ne sais pas trop comment cette diablesse était parvenue à me faire bander une fois de plus, mais après avoir joui trois ou quatre fois, je savais qu'il me faudrait un intense plaisir pour éjaculer mes dernières gouttes de sperme; Un plaisir qui confine à la douleur. Elle me chevaucha encore une fois, mais une chevauchée sauvage, un triple galop, moi sur le dos, elle sur les pieds, accroupie, son équilibre maintenu par ma queue dans sa chatte. Je jetai toute mon énergie dans cette ultime cavalcade. Je lui assenais de véritables coups de boutoir qu'elle accueillait avec entrain, sans rien dire, en me fixant d'un regard halluciné. Soudain, elle m'inonda le ventre d'un liquide chaud et abondant en souriant béatement. De quoi remplir un verre et rendre le lit définitivement hors d'usage. Le plaisir avait été tel qu'elle avait du perdre le contrôle de ses sphincters, pensai-je alors, assez fier d'avoir été l'auteur d'une jouissance aussi dévastatrice, et plutôt amusé par cette séance d'ondinisme impromptue, qui m'inspirait d'autant moins de dégoût que je ne sentais aucune odeur d'urine. C'est en racontant cette anecdote quelques années plus tard qu'on m'expliqua que j'avais vraisemblablement déclenché l'éjaculation d'une femme fontaine.

Je ne suis pourtant pas convaincu par cette explication à la lumière de la seule véritable éjaculation féminine dont j'ai été l'artisan qui se révéla être un liquide blanchâtre plus proche du sperme que de l'urine. J'ai revu Céline quelques années plus tard, à l'occasion d'un dîner mémorable. Nous avons brièvement évoqué cette expérience, et je lui ai posé la question. Elle-même fût incapable de me répondre: Cette expérience fut pour elle unique, et demeure totalement incompréhensible. De là à parler d'hermétisme...

Commentaires

Le lundi 05/03/2007 à 09:49 par X-Add :

Sans voulloir dévoiler tout mes secrets, la decouverte pour moi d'une femme fontaine me procura et me procure le plus grand des plaisirs. En ts cas l'un des plus grands.

Le lundi 05/03/2007 à 10:18 par Vagant :

Les secrets ! Les secrets ! Nous voulons tous les secrets ! ;)
Je comprends votre point de vue, X-Add: il est si gratifiant de donner du plaisir et d'en recevoir une expression aussi physique ! Vivre cela nous permet aussi de mieux comprendre le plaisir que peuvent ressentir certaines femmes à recevoir sur elle la jouissance de leur amant.

Le lundi 05/03/2007 à 12:51 par Flore :

Mais pourquoi je vous lis entre midi et deux ?

Le lundi 05/03/2007 à 13:03 par pnine :

plus je vous lis..plus j'ai envie de vous rencontrer..
alexandra

Le lundi 05/03/2007 à 13:44 par Vagant :

Alexandra, merci pour votre commentaire. En attendant d'exaucer votre vœu, donnez-moi donc envie de la réciproque !

Flore, vous seule pouvez répondre à votre question. Je viens de lire votre blog et j'ai constaté que vous avez répondu à un post élogieux par un: "encore un qui a envie de me baiser !". Venant de la part d'une femme supposée jolie et courtisée, cela ne choquera personne. Sur le clavier d'un homme, en revanche, cela passerait pour de la pure goujaterie. Hommes et femmes sont-ils égaux dans les mailles du net ? Je ne crois pas, et ce commentaire me permet d'introduire subrepticement une note à venir.
A propose de note, je vous en avais promis une bien longue: elle est intitulée "de l'autocensure". Avez-vous eu le courage de la lire jusqu'au bout ?

Le lundi 05/03/2007 à 16:44 par pnine :

cher vagant, je n'ai point de blog pour vous seduire de mes mots, point de photos que je ne cede sans secrets, je ne peux que vous dire mon plaisir à vous lire, vous qui dites souvent si bien mon plaisir à m'offrir..
je compte sur votre envie de jouer pour exaucer mon voeu )
alexandra

Le lundi 05/03/2007 à 16:58 par Vagant pour Alexandra :

Est-il vraiment nécessaire de disposer d'un blog pour séduire avec les mots ? Il y a quelques temps, j'avais entamé une correspondance publiée dans la rubrique "in vivo" intitulée "Salomé", correspondance qui avait senti le souffre avant d'être sulfureuse au point de devoir interrompre cette expérience. Je garde un souvenir attristé de ce relatif fiasco car je suis sûr qu'un tel jeu est plein de potentiel. Dites-moi ce que vous en pensez.

Le lundi 05/03/2007 à 17:01 par Six :

Cher Vagant,
Ton récit m'a rappelé le film de Shoei Imamura "de l'eau tiède sur un pont rouge" l'as tu vu? Drôle, sensuel, surprenant, et émouvant.
Cela doit tout de même être assez impressionnant comme spectacle....
Six.

Le lundi 05/03/2007 à 17:27 par pnine :

quelle drole d'idee que cette correspondance offerte au monde.. -))
j'aime faire l'amour à plusieurs mais pour la séduction tentons d'etre deja tous les 2 à la hauteur...
mais je ne suis pas sure de comprendre quel est vraiment ce jeu qui vous semble plein de potentiel?
vous proposez que nous entamions une correspondance "publique"? quel en serait l'enjeu? offrir a nos lecteurs le plaisir de nous lire? ou s'offrir le plaisir de se seduire tous les 2?
mon voeu n'etait pas precisement de vous ecrire..si j'ose vous le rappeler.. )

Le lundi 05/03/2007 à 18:16 par Flore :

Pure provocation de cette phrase "choquante" à mon plus fidèle amant ... sourire.
Comme j'aime susciter ce genre de réactions.
Vous me croyez jolie, courtisée donc forcément raffinée dans mes mots, mais voila j'aime prendre les chemins de traverse et me rendre où on ne m'attends pas. Vous me donnez une idée de note d'ailleurs...
Bref, je vais lire votre note - jusqu'au bout - pourquoi ne le ferais-je pas?

Le lundi 05/03/2007 à 20:55 par Vagant :

Six, je n'ai pas vu ce film mais le titre est évocateur. Quant au spectacle, il fût plus surprenant qu'impressionnant.

Alexandra, le jeu consisterait autant à nous séduire qu'à séduire le lectorat, ce qui implique un certain goût pour l'exhibitionnisme et les mots. Nous pouvons toujours faire connaissance en privé et garder l'option de publier notre correspondance, si vous l'acceptez et si elle le mérite: vagant75@yahoo.fr

Flore, je ne me suis probablement pas exprimé assez clairement: Je supposais au contraire qu'une jeune femme courtisée pouvait se permettre d'être cinglante comme vous l'avez été, alors qu'un homme ne le pourrait pas sous peine de passer pour un goujat. Notez bien que ce n'est pas un jugement, juste une constatation, cela sera plus clair lorsque je publierai le récit de mes expériences de "fake". Quant à ma note, sa longueur est telle qu'elle pourrait vous rebuter, vous qui me demandiez si j'avais pris des cours de suspens chez NOLDA...

Le lundi 05/03/2007 à 21:23 par noir intense 35 :

Allez savoir pourquoi un jouvenceau se transformerait en loup...Peut être avait-il eu vent de la brebis égarée...merci de votre visite et de vos commentaires sur mon blog...J'oserai peut être plus lorsque je vous connaîtrai mieux...sourire

Le lundi 05/03/2007 à 23:25 par Flore :

Vous attends au tournant ... (à la tournure de vos mots, plus précisement)

SenSuellement vôtre.

F

Le mardi 06/03/2007 à 11:24 par C&M :

Que de tendresse et de désir... Nue sous ma couette, je me délecte de vos mots.

Le mardi 06/03/2007 à 11:52 par X-Add :

Pour repondre a six la premiére fois cela est surprennant presque ... enfin deconcertant. d'autant si l'on n'en a eu que de vague ouie dire.
La seconde cela rassure.
Ensuite c'est un bonheur parfais.

Le mardi 06/03/2007 à 16:43 par Six pour Vagant et X-addict :

et oui! parce que dans le cas où ça n'arrive qu'une fois, grande doit être la tentation du regret!
Est-ce que c'est un degré supérieur de jouissance pour la femme, d'ailleurs, que vous en ont dit vos amantes?

Le mardi 06/03/2007 à 17:35 par Comme une image :

Oh quelle très belle histoire que celle-ci !
Elle m'inspire tout un tas de réflexion.

1/ Le titre « De l'ondinisme » m'avait laissé imaginer une autre aventure. D'après ton récit, et à la lumière de ma faible (mais relativement récente) découverte des femmes fontaines (en ce qui me concerne, le pluriel est superflu), j'ai tout de même l'impression que ta Céline a bien connu une éjaculation féminine plutôt qu'une miction incontrôlée.

2/ En tant que bi (léger) je suis un peu choqué (le terme est trop fort pour ce que je ressens) de ton « Réciproquement rassurés sur notre hétérosexualité commune » d'autant que plus loin tu parles du trouble d'être « indirectement branlé par un homme ». Toute personne suffisamment « à l'écoute » de son/ses partenaire(s) saura éviter les gestes qui déplairaient. À partir du moment où l'on fait l'amour avec (dans le sens « côte à côte ») un homme, il faut admettre qu'éviter toute interaction est de l'ordre de la gageure. Après, évidemment, c'est une question d'envie. Messieurs qui êtes troublés par deux femmes échangeant un baiser, sachez que bien des dames sont également troublées à la vue d'homme s'embrassant (seule différence notable : ça pique ;-)

3/ « Je ne m'attendais qu'au petit délire habituel entre habitués des plaisanteries en rase-mottes » : moi je parie ma chemise que tu espérais tout de même, au moins un tout petit peu, en ton for intérieur, qu'il ne s'agisse pas forcément à 100% d'un canular !!!

4/ En dépit de ma vie débridée, je n'ai encore jamais connu de double pénétration vaginale+anale. En revanche, à deux reprises, et selon la volonté de notre partenaire d'alors, ma queue s'est jointe à celle du deuxième mâle pour pénétrer la même chatte. Dans ces circonstances, la promiscuité ne m'a ni spécialement troublé ni procuré des sensations particulières, d'autant que tout est allé très vite : le plaisir de la femme a, à chaque fois, explosé en un temps record. Espèce de jouisseuses précoces, va ! (En revanche, la sensation de mon sexe caressé pendant que je pénètre au travers de la cloison vagino-anale, wow)

Enfin, dernière remarque de mon commentaire marathon, je réponds à la question que tu poses à Flore même si elle ne m'est pas destinée : non, pas encore lu ta note kilométrique, j'en suis au début, et en plus avec les notes de bas de page, c'est l'enfer à lire !!!

Le mardi 06/03/2007 à 17:38 par Comme une image :

@ Six > Pas nécessairement, d'après ce qu'on m'en a dit. Néanmoins, pas de « fumée » sans feu : un orgasme de bonne tenue est nécessaire !

Le mardi 06/03/2007 à 17:46 par sapheere :

CUI !! j'apprends des choses !! ouahouuuu !!!! je te fais un mail de ce pas ...

Le mardi 06/03/2007 à 20:54 par presque Robert :

"ondinisme": pratique sexuelle dans laquelle le plaisir est obtenu par la vue ou le contact de l'eau (ou de l'urine).
Quel joli m'eau...

Le mardi 06/03/2007 à 23:10 par Vagant :

C&M, je ne suis pas mécontent de vous procurer un plaisir presque innocent. Quand nous ferez-vous celui de reprendre votre Blog ?

Six, la seule femme à laquelle je suis sûr d'avoir déclenché une éjaculation était presque gênée d'en être la victime, d'autant plus que nous étions 5 autour d'elle... Nous n'avons pas épilogué sur son plaisir à postériori, mais sur le vif je peux vous certifier qu'il semblait bien grand.

Il semblerait, presque, que vous ayez tout à fait tort. Selon wikipédia, l'ondinisme est lié à l'urine: http://fr.wikipedia.org/wiki/Ondinisme_%28sexualit%C3%A9%29

Le mardi 06/03/2007 à 23:16 par Vagant pour CUI :

1/ Comme je l'ai écrit, la nature du liquide m'a semblé différent chez Léone et Céline, et le mystère restera probablement entier.
2/ J'aurais sans doute du écrire "réciproquement rassurés sur la nature hétérosexuelle de nos attentes". Cela étant dit, la promiscuité avec un autre homme ne me gêne pas au point - tu as aussi raison d'en souligner l'ambiguïté - d'avoir pris un certain plaisir à le ressentir à travers céline.
3/ Franchement, je pensais que c'était une annonce bidon à laquelle j'ai répondu sur un ton humoristique pour me faire mousser auprès des autres lectrices du forum. Il faudrait d'ailleurs que je développe la notion de séduction indirecte sur les forums qui confère à cet outil une certaine supériorité sur les annonces.
4/ Je n'ai jamais tenté la double pénétration vaginale.

PS: si tu as une bonne idée pour augmenter la lisibilité de ma note kilométrique, je suis preneur.

Le mardi 06/03/2007 à 23:22 par Vagant pour Noir Intense :

Osez ! Osez ! Vos entreprises seront les bienvenues !

Le mercredi 07/03/2007 à 00:22 par Comme une image :

Pour la lisibilité des notes de bas de pages, je sais que d'autres éditeurs de textes (sur Dotclear par exemple) permettent de gérer les liens entre renvois et notes de bas de page. Mais je trouve ça déjà pénible. L'idéal ça serait une petite bidouille HTML avec une DIV flottante quand on passe la souris au dessus du texte nécessitant du détail. Dans tous les cas : c'est du travail !
Bon, cela dit, c'est aussi au lecteur de savoir parfois faire l'effort de lecture ! J'espère que j'en serai récompensé (quand je me serai lancé mais vu l'heure ça ne sera pas encore pour ce soir).

PS : pour le point 4 : moi même je n'en aurais jamais eu l'idée si on ne me l'avait pas demandé !!!

Le mercredi 07/03/2007 à 11:12 par presque raison :

"tout à fait tort", comme vous y allez ! Permettez-moi de préférer la définition du Petit Robert à celle de wikipedia. D'une part, pour des raisons de confiance, d'autre part parce qu'elle est plus ouverte, et me semblait justement correspondre à vos doutes: femme fontaine ou golden shower...

Le mercredi 07/03/2007 à 14:17 par C&M :

C'est chose faite, cher Vagant, même si j'y suis moins fidèle et coquine que vous !
(Quel plaisir d'employer ce terme de fidélité à votre propos ! )

Le jeudi 08/03/2007 à 00:40 par Vagant :

Vous n'avez pas presque, mais sûrement raison. Je n'ai pas de Petit Robert sous la main (ni d'un gros d'ailleurs), mais je vous fais presque entièrement confiance. C'est y pas beau un homme qui sait reconnaître ses torts ?

C&M, je me demande si on ne confond pas fidélité et exclusivité sexuelle, mais c'est là un vaste débat.

Le vendredi 13/04/2007 à 11:06 par Husse, môôssieur Husse :

Mon cher Vagant,
Je ne prends que seulement maintenant le temps de réellement lire tes lignes, et je suis très agréablement surpris par la qualité de ta prose.
Certains passages, notamment dans Ondinisme (et pour cause...), ne feraient pas rougir Henry Miller dans Sexus, Plexus, Nexus.
Tu me donnes envie de vraiment me mettre à l'écrire, mon blog à moi ;o)

Au plaisir, aux plaisirs.

Husse

Le lundi 25/02/2008 à 00:05 par Peesex :

Bravo pour ce magnifique texte !!!

Écrire un commentaire